Ode à l’amant idéal

L’amant idéal a l’accueil chaleureux, il sait me mettre à l’aise. Il pense toujours au plaid sous mes genoux quand il me fait sucer sa queue, ou à tenir ma tête pour que je ne me cogne pas contre l’accoudoir du canapé quand il m’y prend à quatre pattes. Un verre d’eau quand ma gorge fatigue d’avoir été usée par lui et eux, une clémentine glissée dans une poche pour lutter contre l’hiver.

Il se fiche de la couleur de mes sous-vêtements ou de la longueur de ma jupe, de mes choix de collants ou de mon absence de rouge à lèvres. Il ne m’en veut pas quand j’arrive en hâte pour un quart d’heure de baisers charmants et qu’il n’y a pas le temps pour plus, parce qu’il aime ma bouche. Je ne lui en veux jamais quand il n’a qu’une demi-heure à me consacrer, parce que trente minutes ça fait beaucoup de coups de reins délicieux.

L’amant idéal est un gentleman, il sait comment me baiser à la perfection et me demande toujours très poliment où je veux son foutre lorsqu’il est l’heure de partir. Il se préoccupe de mon plaisir à l’extrême, il a la langue joueuse et les mains baladeuses en toutes circonstances. Sa queue est toujours dressée pour moi, pour tout le temps qu’elle m’appartient. Il sait comment m’enculer pour me dire bonjour, et aussi pour me dire au revoir, parfois très lentement pour commencer mais toujours très fort pour finir.

Il ne demande rien de plus que la sincérité de mon corps sous le sien, la sincérité tout court. Elle est précieuse. L’amant idéal rend les choses simples, puisqu’il sait me sourire et qu’il prend tout ce que j’ai à offrir. Il me trouve belle nue, couverte de foutre et de celui d’un autre, belle aussi sous la douche lorsqu’il me lave les cheveux pour que je retrouve l’apparence qui convient au sortir de chez lui. Il sait trouver d’autres amants idéaux, qui ont eux aussi la politesse de m’offrir tout ce que j’aime. Nous partageons toujours, à deux ou plusieurs, jusqu’à l’épuisement délicieux des corps.

L’amant idéal a plein d’amantes idéales, plus belles et plus douces, j’aime sa liberté car elle le mène à moi, juste moi, de temps en temps, parfois, souvent.

(Je sais flatter ton ego, tu vois. C’est pour te mettre dans mon lit. On baise maintenant ?)

Advertisements

2 thoughts on “Ode à l’amant idéal”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s